mardi, 23. octobre 2018
RedGlobe Actualité
feed-image RSS Feed
Statistics

Today: 22732

Yesterday: 25402

Since 01/06/2005: 45612263

La Grèce sort aujourd’hui officiellement de son 3e plan d’« aide », après 8 ans de mesures d’austérité qui ont appauvri les travailleurs.ses et les familles et fait chuter le PIB du pays de 25 % pour protéger les arrières de la finance.

Alors qu’une page peut se tourner, déjà Pierre Moscovici et autres acteurs de la troïka, déclarent que « La fin du programme n’est pas la fin des réformes », sous entendant que les partenaires européens et créanciers de la Grèce ne laisseront pas les mains libres à Alexis Tsipras ; lequel a annoncé un programme de reconstruction de l’État social et de redressement productif.

L'aiguisement des compétitions pour les profits des groupes d'affaires, l'exploitation et les interventions impérialistes ont abouti à des millions de personnes déracinées et persécutées dans tout le monde, à l'augmentation en 2018 des arrivées de réfugiés dans notre pays. Des milliers d'entre eux sont piégés dans des conditions misérables, empilés dans les Centres d'Accueil et d'Identification.

Le gouvernement SYRIZA-ANEL, avec le soutien des autres partis, visant à la soi-disant amélioration géostratégique, engage notre pays dans des plans impérialistes dangereux où il participe activement, ainsi que dans leurs crimes contre les peuples, en transformant le pays dans une base - camp militaire de l’OTAN-États-Unis-UE.

Hier, mercredi, 6 juin, jour où les dockers ont organisé avec succès, dès l’aube, encore une journée de grève, le Ministère de la Marine a appelé à une rencontre entre les représentants de l’entreprise, le syndicat et le gouvernement.

Le gouvernement de SYRIZA-ANEL a refusé il y a deux ans de porter à la session plénière du Parlement le Projet de Loi que 518 Syndicats, fédérations et centres de travail avaient déposé le 17 Octobre, 2016, journée du Rassemblement National, où les travailleurs, les syndicats de classe exigent l'abolition des lois anti-ouvrières, le rétablissement et la signature des conventions de travail de branche, couvrir les pertes des travailleurs, augmentations de salaire, des retraites et des prestations sociales.

Photo: KKEPhoto: KKEPhotos

Une manifestation de protestation à l'ambassade d'Israël a eu lieu le lundi après-midi 14 mai, où des travailleurs, des jeunes et des femmes ont manifesté leur opposition à la reconnaissance par les États-Unis de Jérusalem comme capitale d'Israël, et leur condamnation du nouveau massacre de Palestiniens par l'armée israélienne. La manifestation a été organisée par le Comité grec pour la Détente internationale et la Paix (EEDYE), avec la participation du Front militant de tous les travailleurs (PAME), la Fédération des femmes de Grèce (OGE), le Comité grec pour la solidarité démocratique internationale (EEDDA) et des syndicats.

Le mécanisme des poursuites et des tribunaux contre les syndicalistes qui luttent pour la protection des droits des travailleurs continue sans relâche par le gouvernement SYRIZA-ANEL et les employeurs !

Une décision de justice a été prise contre les membres du Syndicat de Métallurgistes de l'Attique et de l’Industrie de Construction Navale de Grèce, membre du PAME –Front Militant de tous les Travailleurs- et de la FSM, suite à des plaintes des propriétaires et des cadres de l'entreprises «AMCROM».

Le Front Militant de Tous Les Travailleurs exprime sa solidarité aux travailleurs en France, aux affiliés et aux amis de la FSM, qui poursuivent leur grève contre l’attaque anti-ouvrière du gouvernement français de Macron.

L’attaque anti-ouvrière de l’UE, des gouvernements et des groupes d’entreprises se poursuit dans toute l’Europe. Une grand part de responsabilité pour ce développement appartient aux forces syndicales qui cultivent l’attentisme et la « paix sociale ».

kke greece

Video 1, Video 2

Photo 1, Photo 2

Le lundi 16 avril, les forces de police anti-émeute ont lancé une attaque contre la manifestation des étudiants universitaires et du secondaire et des travailleurs, en utilisant des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes dans le centre d'Athènes, près de la statue de Truman, que les étudiants ont essayé d’abattre pour condamner l'impérialisme américain, qui avec la Grande-Bretagne et la France ont réalisé la récente intervention en Syrie.

Le Bureau de presse du CC du KKE mentionne dans son communiqué:

Le KKE condamne l'attaque de la police anti-émeute qui a utilisé des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes contre une manifestation organisée par des syndicats et des associations d'étudiants universitaires du secondaire contre l'attaque impérialiste en Syrie. Le résultat a été deux arrestations et deux manifestants blessés.

Real time web analytics, Heat map tracking