mercredi, 15. août 2018
RedGlobe Actualité
feed-image RSS Feed
Statistics

Today: 5800

Yesterday: 27264

Since 01/06/2005: 44090362

L'Assemblée nationale a adopté définitivement la loi Asile-Immigration, une loi sévèrement contestée par la plupart des associations et ONG, par le défenseur des droits et beaucoup de citoyens solidaires des migrant-e-s.

La 1e présentation des débats avait même laissé croire à quelques interrogations dans la majorité qui a, malgré tout, vite mis au placard le rapport d'Aurélien Taché sur les propositions d'une politique ambitieuse d'intégration des étrangers et laisser la parole aux dérives policières et aux manipulations basées sur « l'idée fausse de submersion » de Gérard Collomb. Au final, une seule députée LREM a osé voter contre la loi !

Mercredi 1er août a marqué symboliquement le jour où, d’après les calculs de l 'ONG « Global FootPrint network », l'humanité aura consommé toutes les ressources que peut régénérer la terre en une année. L'épuisement des sols, des ressources océaniques, la sur-exploitation minière, la déforestation, la destruction de nombreux écosystèmes avec la perte de biodiversité qui s'en suit, sont aujourd'hui une triste réalité. L'incapacité de la biosphère à absorber la totalité des émissions de CO2 émise par les activités humaines, et qui s'accumulent ainsi dangereusement dans l’atmosphère, provoquant cette catastrophe globale qu'est le réchauffement climatique, démontre à elle seule que notre mode de développement actuel est insoutenable.

Notre pays traverse une très grave crise institutionnelle et démocratique.

L’affaire Benalla est devenue officiellement une « affaire Macron » puisque le Président de la République revendique en être « le seul responsable », tout en affirmant n’avoir à en rendre compte devant aucune institution de la République, et surtout pas au Parlement. La démocratie est bafouée comme jamais. Le danger est d’autant plus grand qu’au même moment, Emmanuel Macron fait tout pour imposer une révision de la Constitution aggravant tous ses traits anti-démocratiques, même s’il vient d’en être provisoirement empêché par la suspension des travaux parlementaires sur cette révision.

Le retour de l'été ramène les plages et l'état des océans dans l'actualité. Le système actuel conduit à des modes de vie qui agressent gravement la biodiversité des océans. Ces phénomènes sont accentués par la mondialisation du commerce maritime et son augmentation du fait des grands groupes sous contraintes financières. Ainsi les barrières de corail sont fragilisées par le réchauffement climatique mais au cœur des océans, ce sont des tonnes de déchets. 7 millions de tonnes de détritus sont jetés chaque année dans les mers. 5.000 milliards de morceaux de plastiques flottent dans les eaux du globe.

La suspension, jusqu'à nouvel ordre, du débat parlementaire sur la révision constitutionnelle, que réclamaient les communistes, est un premier recul de l'Élysée obtenu sous la pression parlementaire.
Maintenant, la vérité doit être établie en urgence sur le scandale Benalla. Les député-es, les sénateurs et les sénatrices communistes s'y emploieront notamment dans le cadre des commissions d'enquête parlementaire.

Jusqu'à quand le scandale va-t-il durer sous les yeux effarés du pays tout entier? En quelques jours seulement, l'affaire Benalla est devenue une affaire Macron. Devant le scandale d'État que constituait la présence et les agissements de ce barbouze au plus niveau de l'État, les tergiversations et les mensonges de l'Elysée soulèvent chaque jour de nouvelles interrogations sur les raisons de sa protection, y compris au détriment des services de police.

Aujourd'hui, il veut imposer au Parlement, sans consultation des citoyen.nes, une révision profondément dangereuse de la Constitution et des institutions de la République. Ce projet vise à concentrer encore plus les pouvoirs, à en éloigner les citoyens, à réduire le rôle des communes, du Parlement et le pluralisme de sa composition, à expurger notamment de la Constitution le terme de « sécurité sociale ».&nbsp

Édouard Philippe a présenté ce matin le nouveau plan anti-terrorisme. A la veille d'un week-end marqué par des rassemblements populaires importants (14 juillet, finale de la coupe du monde...) et où le souvenir traumatisant de l'attentat de Nice continue d'hanter les esprits, le gouvernement n'annonce rien de fondamentalement neuf.

La perspective d'un Parquet anti-terroriste reste critiquée dans la magistrature. La crainte d'un affaiblissement des moyens judiciaires dévolus à la lutte contre le terrorisme par la césure de l'anti-terrorisme, avec les autres services judiciaires notamment du Parquet de Paris, reste forte et les annonces du Premier Ministre sont peu précises de ce point de vue.

Le PCF appelle à manifester le 21 juillet à 14h à Beaumont-sur-Oise, pour demander la justice et la vérité sur la mort d’Adama Traoré et pour soutenir la famille engagée depuis 2 ans dans ce combat, mais aussi pour demander la vérité sur la mort de Boubakar à Nantes.

La police incarne la force de la loi et la République. Elle a notamment pour mission de faire reculer le climat de défiance et d'accompagner une politique de sécurité et de justice respectueuse des droits et des libertés.

Real time web analytics, Heat map tracking