mardi, 26. mars 2019

Nous, partis communistes et ouvriers du monde, dénonçons résolument les plans impérialistes, les tactiques sournoises et les menaces déclenchées par les USA, l’UE et leurs alliés des gouvernements d’Amérique Latine visant à renverser le Président légalement élu du Venezuela, Nicolas Maduro, pour soumettre le peuple de ce pays aux intérêts impérialistes, piller ses richesses et les ressources qu’il produit.

Le Comité central du Parti communiste du Canada condamne la tentative de coup d’État organisée par les gouvernements des États-Unis et du Canada au Venezuela. Le Parti communiste du Canada exprime sa totale solidarité avec le peuple du Venezuela et son gouvernement élu démocratiquement et dirigé par le président Nicolas Maduro.

La crise au Venezuela prend une dimension dangereuse: intimidations, violences aux frontières colombienne et brésilienne, déclarations du secrétaire d’État américain exprimant sa volonté de « passer aux actes » … Toutes les conditions ont été créées par les États-Unis et ses alliés pour justifier une nouvelle intervention dans cette région du monde, la 68eme de son histoire.

Le peuple vénézuélien est totalement oublié et pris en étau par la politique américaine de Trump, aidée par de nouveaux alliés en Amérique latine, tous avides de disposer de nouvelles réserves pétrolières.

La FSM appelle ses organisations affiliées et ses amis, tous les militant.e.s et les syndicalistes de classe, à se joindre à la campagne internationale de solidarité avec la République bolivarienne du Venezuela.

venezuela escudoLa République Bolivarienne du Venezuela exprime son rejet le plus énergique de la décision adoptée par quelques Gouvernements de l'Europe, dans laquelle ils s’alignent officiellement sur la stratégie de l'administration américaine de renverser le Gouvernement légitime du Président Nicolas Maduro que le Peuple vénézuélien a élu de manière souveraine, libre et démocratique.

Pour rappel, dès 2013 Juan Guaido membre du parti Volonté populaire (VP) a refusé de reconnaître le résultat des urnes en déniant toute légitimité aux institutions démocratiques issues du scrutin présidentiel. En 2014 il participait aux actions des coupeurs de rues à Caracas « Guarimbas » avec un tragique résultat de plusieurs dizaines de morts. Grâce à ces actions criminelles il se fait élire député en 2015 avant de soutenir les « Guarimbas » de 2017 entraînant le blocage du pays à travers la stratégie du chaos

La Fédération Syndicale Mondiale (FSM), représentant 95 millions de travailleurs affiliés dans 130 pays du monde entier, appuie le peuple brésilien après la rupture d’un barrage minier à Brumadinho, dans la région métropolitaine de Belo Horizonte. Selon des sources officielles, il y a déjà 65 morts confirmés et environ 292 personnes disparues.

Déclaration du Mouvement de la paix

Le 23 janvier 2019, Juan Guaido, élu Président de l’Assemblée nationale le 5 janvier dernier, s’est autoproclamé en toute illégalité Président par intérim à la place de Nicolas Maduro qui a été élu démocratiquement Président du Venezuela le 20 mai 2018 et dont le nouveau mandat a commencé le 10 janvier 2019. Une étape a donc été franchie pour provoquer ce qu’il faut bien appeler l’annonce d’un coup d’état. Aussitôt, D. Trump lui a apporté son soutien, évoquant une nouvelle fois une possible action militaire, comme son prédécesseur il y a quelques années. Le Ministre français des affaires étrangères s’est aligné sur la position de l’Union européenne en approuvant de fait ce coup de force en ne le condamnant pas, en mettant en garde Maduro contre une riposte de sa part et en appelant à une nouvelle élection présidentielle « libre ».

Le 23 janvier est un jour important au Venezuela. C’est l’anniversaire du soulèvement populaire victorieux contre la dernière dictature militaire en Amérique latine, il y a 61 ans. L’opposition de droite tente maintenant d’abuser de cette date : le président du Parlement et chef de l’opposition Juan Guaidó s’est proclamé président lors d’un rassemblement de l’opposition et a annoncé qu’il allait prendre le pouvoir au gouvernement. Il a également exhorté l’armée à prendre son parti. Les Etats-Unis, le Canada et le Brésil ont immédiatement soutenu cette tentative de coup d’Etat et ont reconnu Juan Guaido comme président. Le président français Emmanuel Macron a appelé les pays de l’UE à faire de même.

Real time web analytics, Heat map tracking