19 | 07 | 2019

HumaniteLes coups d’État se filment en direct, avec de simples smartphones, et quelques appuis bien sentis. C’est la scène qui vient de se produire, ce mercredi 23 janvier, journée symbolique au Venezuela puisqu’elle marque la fin de la dictature de de Marcos Perez Jimenez.

Alors que les chavistes manifestaient en masse leur soutien au président Nicolas Maduro, l’opposition de droite a, elle, annoncé sa destitution. Lors d’un meeting, le président de l’Assemblée nationale, Juan Guaido s’est auto-proclamé président du Venezuela. Sans le bruit de chars ou d’effusion de sang, du moins pour l’instant. Ce coup d’État, qui pourrait déboucher sur une issue tragique, a été savamment orchestré depuis l’an dernier entre les secteurs les plus réactionnaires de la Table d’unité démocratique ( MUD- droite) et les États-Unis.

Dans un contexte de fortes tensions politico-économiques, le président Nicolas Maduro, réélu le 20 mai 2018, a pris ses fonctions le 10 janvier. Six jours auparavant, le groupe de Lima (Argentine, Brésil, Canada, Chili, Colombie, Costa Rica, Guatemala, Honduras, Mexique, Panama, Paraguay, Pérou) avait donné le ton, en déclarant qu’il ne reconnaît pas le nouveau mandat de Nicolas Maduro. Assumant leur intrusion dans les affaires internes du Venezuela, cette structure a conforté l’opposition, en taxant le dirigeant du Parti socialiste uni du Venezuela (Psuv) d’« illégitime », au prétexte qu’une partie des formations de la MUD ont boycotté le scrutin présidentiel.

Pour rappel : durant les six premiers mois de l’année 2018, des pourparlers ont eu lieu entre les autorités et l’opposition, sous les auspices de la République Dominicaine et de l’Espagne. Un compromis avait été trouvé entre les deux parties dont un agenda électoral comme le demandaient les formations de droite. L’accord sur le point d’être signé a capoté en raison des pressions exercées par Rex Tillerson, le secrétaire d’Etat à l’époque des faits, qui, en tournée en Amérique latine, a exigé de la MUD qu’elle retire son pré-candidat, afin de décrédibiliser le scrutin présidentiel.

Lors de la réunion du groupe de Rio, les Etats-Unis, qui n’en sont pourtant pas membres, ont alimenté cette stratégie interventionniste, par la voix de Mike Pompeo. L’objectif était clair à savoir « transférer le pouvoir exécutif à l’assemblée nationale » majoritairement acquise à l’opposition.

Il n’y a donc aucun hasard à ce que Mike Pence, le vice président des Etats-Unis, ait été le premier à réagir « au nom du président Donald Trump ». « Permettez-moi d’exprimer l’appui absolu des Etats-Unis à ceux qui haussent la voix (...) Nicolas Maduro est un dictateur sans droit légitime au pouvoir », a-t-il tancé. Et de d’octroyer sa pleine confiance au président l’Assemblée nationale comme « défenseur des pouvoirs constitutionnels de cet organisme » à même de « demander l’établissement d’un gouvernement de transition. »

Depuis 1989, date de l’avènement de la gauche au pouvoir au Venezuela, avec l’élection d’Hugo Chavez, Washington n’a eu de cesse de déstabiliser le pays. Ce dernier épisode, encore confus mais certainement lourd de conséquences, en témoigne.

Source: L'Humanité / RedGlobe

Real time web analytics, Heat map tracking