21 | 07 | 2019

Macron aurait finalement dû garder le silence, tant cette déclaration donne la nausée.

Il est mensonger de nier que le sentiment d’impunité donné à l’Arabie Saoudite, en continuant par exemple à lui vendre des armes alors qu’elle martyrise le peuple yéménite, a pu inciter le prince héritier à faire ou laisser assassiner un journaliste critique du régime.

Le fait de l’assassinat d’une personne dans le consulat d’un pays et, en particulier, l’assassinat de Jamal Khashoggi dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, en Turquie, démontre à nouveau l’hypocrisie des impérialistes et de leurs gouvernements.

Dans les mots, on préconise … la condamnation internationale, la « déception », les appels à éclaircir la question, demandes aux pays européens de cesser la vente d’armes à l’Arabie saoudite, réunions de ministres, menaces de « punition sévère » contre l’Arabie saoudite et des sanctions.

L'assassinat à Istanbul du journaliste Jamal Khashoggi, homme du sérail saoudien mais opposant au prince héritier Mohammed Ben Salman, soulève la nausée. Il aura fallu 18 jours pour que le régime admette publiquement les faits, tout en tentant de se dégager de toute responsabilité de ce crime abject.

Cet événement jette une lumière crue, si cela était encore nécessaire, sur la brutalité d'un régime qui réprime et exécute les dissidents politiques ou religieux, les intellectuels, les militants des droits humains et les féministes, n'hésitant pas à rendre public une liste noire de personnalités à abattre.

Les condamnations à mort se multiplient en Arabie Saoudite. Depuis le début de cette année, 134 personnes ont été exécutées.

L'objectif du médiatique Mohammed Ben Salman vise à intimider et à briser les contestations de celles et ceux qui dénoncent l'agressivité extérieure et les crimes de guerre perpétrés au Yémen, ainsi que, sur le plan national, les privatisations, l'austérité et la "Vision 2030" du prince héritier et vice-premier ministre de la pétromonarchie.

Real time web analytics, Heat map tracking